Moto GR : la polémique « Grid Girls » se posera-t-elle ?

Elles illuminaient de leur beauté sublime et leurs mensurations de rêve les circuits de Formule 1, apportant une touche glamour à ce sport mécanique exclusivement réservé aux hommes. Mais cette époque est désormais désuète car les « Grid Girls », ces mannequins qui portaient les parapluies ou les pancartes-numéros des pilotes lors des courses, ont été écartées des circuits depuis février dernier. Mais cette décision est loin de faire l’unanimité et bon nombre de « Grid Girls » se sont insurgées contre cette mise à l’écart qu’elles considèrent comme une injustice et comme une sanction à leur égard.

L’une d’elles a ainsi affirmé que c’était là « un pas en arrière pour les femmes ». Mais pourquoi cette décision ? Il s’agit du fruit d’un lobbying exercé par des féministes convaincues que l’exhibition de femmes légèrement vêtues, choisies sur le seul critère de leur beauté et reléguées à des tâches futiles lors de ces compétitions était dégradante pour elles et pour l’ensemble de la gent féminine. Pourtant, nombreuses sont les « Grid Girls » qui réfutent ces allégations, affirmant aimer leur travail et ne s’être jamais senties humiliées ou rabaissées.

Ceci est la polémique du moment qui divise actuellement la Formule 1 mais qu’en est-il du Grand Prix Moto France ? En sera-t-il de même et les « Grid Girls » en seront-elles également bannies ? Très probablement non, c’est du moins ce qui ressort des déclarations des différents dirigeants de la Moto GP et des pilotes.

Ainsi, le promoteur Claude Michy a tenu à rassurer les adeptes de cette compétition de moto qu’il n’y aura aucun changement à ce niveau et que les « umbrella girls » continueront à être présentes sur les circuits, déclarant à ce propos : « Interdire les Grid Girls du GP Moto, c’est comme interdire les danseuses au Moulin Rouge. » Il a ajouté que tant que la loi n’interdira pas leur travail, elles continueront d’exercer leurs fonctions. Le pilote moto cannois Johann Zarco a lui aussi exprimé son soutien aux Grid Girls et a affirmé qu’il ne comprenait pas que ce métier soit jugé comme rabaissant. Jugeant cette interdiction de ridicule, il a ajouté que ce genre de décisions donnait naissance à une mauvaise spirale.

« C’est un métier nécessaire dans notre univers. Il fait partie du show du GP Moto France. On ne dégrade pas la femme, au contraire ! On la met en valeur. La preuve ? On peut même en tomber amoureux » a-t-il ajouté, faisant une allusion à peine voilée de sa liaison avec sa fiancée, ancienne Grid Girl elle-même et avec laquelle il semble filer le parfait amour.